Les cinq tendances de fond de l'e-commerce

Les cinq tendances de fond de l'e-commerce

À l'occasion de l'assemblée générale de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), le cabinet McKinsey & Company a présenté les résultats d'une étude identifiant cinq grandes tendances qui façonnent l'e-commerce.

Les cinq tendances de fond de l'e-commerce

La physionomie du secteur de l'e-commerce n'a pas fini d'évoluer. Une étude menée par le cabinet McKinsey & Company durant quatre années aux États-Unis et deux ans en Europe, portant sur le consommateur digital, a permis de dégager cinq grandes tendances qui animent le secteur aujourd'hui, et conditionnent son avenir :

 

- Nouvelle explosion de l'e-commerc
- Une migration vers les mobiles
- L'essor du multicanal
- Le cyberacheteur, de plus en plus social
- Big Data, une mine d'or qui reste à exploiter

  • Nouvelle explosion de l'e-commerce

Loin d'être arrivé à un stade de maturité, l'e-commerce devrait prochainement connaître une nouvelle dynamique de forte croissance, notamment pour trois grandes catégories de produits. La première concerne les médias et divertissements. La seconde serait le nouveau champ de bataille numérique, il s'agit des produits d'équipement de la personne et de la maison. En effet, pour ces produits, le taux de recherche en ligne est inférieur à 30 % des acheteurs européens connectés, et le taux de dépenses est inférieur à 20 % des dépenses en ligne en Europe. Il existe donc une réelle marge de progression. Troisième catégorie de produits encline à exploser sur le Web, les produits d'entretien et alimentaires, qui restent principalement recherchés et achetés en magasin. Cependant, pour une marque ou un pure player souhaitant investir sur l'une de ces catégories de produits, il convient de connaître les motivations d'achatsauxquelles elles sont rattachées.

Ainsi pour la catégorie médias et divertissement, le prix et la disponibilité sont clés, tandis que pour l'équipement de la maison et de la personne, ce sont l'expérience, le service, le choix et l'assortiment qui font la différence. Enfin, concernant les produits d'entretien et l'alimentaire, les consommateurs privilégient la praticité et le gain de temps.

  • Une migration vers les mobiles

La montée en puissance des smartphones et des tablettes chez les consommateurs a évidemment de fortes répercussions sur le commerce. Alors que 50 % des internautes effectuent des recherches en ligne pour obtenir des informations avant l'achat, les recherches sur le téléphone mobile ont augmenté de 75 % entre 2010 et 2011. Si le domicile reste le principal lieu de recherche sur le mobile (73 % des répondants en Europe), 42 % des consommateurs procèdent à des recherches en ligne sur le point de vente sur leur terminal mobile.

Parmi les motivations, 34 % de ces derniers ont répondu qu'ils utilisent des applications pour comparer les prix. Or, ces recherches sur mobile ont un impact direct sur le comportement d'achat : 65 % des répondants déclarent reporter leur achat ou changer de magasin en fonction de ces recherches. L'achat sur mobile est, en revanche, encore au stade émergeant : même pour les produits de la catégorie "médias et divertissements", les taux de recherche et de dépenses sur terminal mobile sont encore très bas.

  • L'essor du multicanal

Les points de vente physiques sont également impactés par les comportements des acheteurs en ligne. Un postulat de base : un peu plus de la moitié des cyberacheteurs déclarent regarder "uniquement" ou "principalement" les sites des enseignes dans lesquelles ils achètent régulièrement. L'autre moitié étant plus réceptive aux pure players d'Internet.

Trois principales raisons sont évoquées concernant l'achat en magasin : pouvoir essayer, toucher et sentir le produit, en vérifier la qualité et enfin, le plaisir que procure le déplacement en magasin. Les consommateurs apprécient la praticité que confère le modèle multicanal, dont les différents canaux ont des fonctions complémentaires. Pour preuve, ils sont 55 % dans l'hexagone à vérifier en ligne la disponibilité du produit en magasin, et 33 % d'entre eux achètent en ligne pour finalement retirer l'article en magasin.

  • Le cyberacheteur, de plus en plus social

Cela n'est plus une surprise, les réseaux sociaux ont un rôle de plus en plus important dans le processus d'achat. Ils peuvent, en effet, être un portail d'accès ou un lien avec les enseignes. Par exemple, 34 % des consommateurs américains déclarent suivre des enseignes de commerce de détail sur Facebook (14 % en France).

Ils sont également une source d'informations préalable à un achat : près de 30 % des Britanniques déclarent avoir confiance dans les recommandations issues des réseaux sociaux (25 % en France). Pour les distributeurs et pour les marques, l'optimisation de leur présence sur les réseaux sociaux devient donc impérative.

  • Big data, une mine d'or qui reste à exploiter

Véritable mine d'or de l'information clients, la big data est la dernière grande tendance de l'e-commerce. Elle peut notamment permettre de connaître en détails le parcours d'achat de chaque client, ou de démontrer que les cyberacheteurs sont plus âgés et plus aisés que la moyenne des internautes.

" Les acteurs qui déploient les meilleures pratiques en matière de connaissance du client affichent des taux de croissance annuels moyens significativement supérieurs à la moyenne des concurrents ", explique ainsi Éric Hazan, directeur associé de McKinsey.
© ecommercemag.fr

 Que retenir des tendances digitales

Que retenir des tendances digitales

Mary Meeker dresse un panorama global des enjeux digitaux pour les années à venir; rien n'échappe à sa sagacité et tous les sujets ou presque sont traités dans cette somme de 197 pages.

Le développement du mobile et des formats, les taux d'équipements en ralentissement, de nouveaux acteurs de plus en plus puissants sur le marché publicitaire et l'essor de la consommation vidéo; l'intégration du digital dans l'entreprise qui entraîne une modification en profondeur des relations internes et externes; un chapitre consacré à la croissance des usages des messageries instantanées; et un focus sur l'émergence de la Chine et de l'Inde.

Lire l'étude

NOVA partenaire de Squarespace en France

NOVA partenaire de Squarespace en France


NOVA communication conçoit une partie de ses nouveaux sites Internet et mobiles sous Squarespace pour une encore plus grande qualité de résultat.

Dans le cadre de la sortie ce mois, de la version de Squarespace 7, la nouvelle plateforme dispose notamment d'une interface de gestion de site Web entièrement repensée, une intégration profonde avec Getty Images ou encore avec Google Apps pour le travail collaboratif.

NOVA Communication est partenaire de Squarespace en France et développe depuis 2012 de nombreux sites internet et mobile dans différents domaines tels que le Luxe, la distribution, l’immobilier et les services.

Les raisons qui ont convaincu NOVA sont, qu’outre une expérience globale encore plus intuitive, Squarespace rivalise définitivement avec Wordpress tant en terme de conception de site web, que de la partie administration côté client, qui n’a jamais été aussi simple et permet la création de sites internet/mobile encore plus rapidement avec une qualité graphique Premium et totalement responsive design.
Squarespace est également particulièrement orienté pour les moteurs de recherche et intègre nativement tous les media sociaux.

 
 

Squarespace permet ainsi à NOVA de faire profiter à ses clients de sites redoublement efficaces tant en terme d’impact visuel, que de développement technique.
Sans parler de la sécurité qu’il faut en permanence considérer sous Wordrpress ou Drupal. Dans la cas de Squarespace aucune maintenance ni mises à jour du noyau ne sont nécessaires, car Squarespace s’en charge. De plus un support gratuit 24/7 (même le dimanche) répond en général sous 1/4h si nécessaire.

Squarespace permet à NOVA Communication la conception de sites dans des délais imparables étant donné que sont évités toutes les étapes; conception fonctionnelles / story-board, design sous photoshop, découpage, intégration html, l'interfaçage avec un back-office et une phase recettage lourde. Ces tâches séquentielles imposent des délais de près de 2 à 3 mois jusqu’au déploiement de tout site internet, et qui par conséquent engendrent des coûts importants.
Dans le cas de Squarespace, NOVA communication permet à ses clients de se faire une idée très précise du rendu de leur site internet/mobile sous 2 semaines, avec l’essentiel des fonctions directement accessibles dans un environnement final.

Squarespace a depuis longtemps adapté la même ligne qu'Apple dans son approche graphique ; à savoir un design sobre et épuré qui laisse la place belle aux images et aux vidéos. Ce positionnement permet ainsi de magnifier les produits et de valoriser le contenu rédactionnel de façon très impactante.

L’e-commerce est particulièrement soigné étant donné qu'une fois votre site commerçant crée sous Squarespace, celui-ci est interfacable avec un grand nombre d'applications (stocks, réservation, paiement, emailing, CRM etc…). Squarespace permet ainsi de s’adapter à n’importe quelle demande par le biais de sa plateforme de développement, accessible aux développeurs. 

Le client n’est jamais "lié" par la plate-forme et peut à tout moment exporter l’ensemble de ses contenus sous Wordpress par exemple, en moins de quelques minutes.

Intégration des réseaux sociaux
 

Statistiques complètes en live

Les coûts d'hébergement de Squarespace sont très accessibles. Pour moins de 8 €/mois le client bénéficiera de l’ensemble de la plateforme. 2 autres formules de 14 € à 20 € /mois donnera accès à la totalité des services de façon illimitée.

Au-delà de conseiller les marques/entreprises et d'accompagner leur stratégie digitale, les équipe de NOVA ont déployé plus d’une 50ne de sites internet avec Squarespace, et entretiennent un partenariat étroit avec Squarespace.

Marketing: 5 conseils pour un bon storytelling

Marketing: 5 conseils pour un bon storytelling

 

L’agence californienne Beyond propose un guide des bonnes pratiques en matière de storytelling pour toute entreprise qui souhaite s’engager sur cette voie pour communiquer :

  • Choisir la bonne plateforme : le site Internet est fondamental, mais il faut également y créer un blog pour raconter l’histoire de votre entreprise…
  • Elaborer une stratégie favorisant l’engagement et le partage : utiliser le plus possible de contenus visuels, des contenus éditoriaux de qualité…
  • Créer une communauté solide : ne pas hésiter à faire coexister des contenus produits en interne, avec ceux issus des utilisateurs. Pour cela, il faut les inciter à participer à la création de contenus qui participent à votre storytelling…
  • Déterminer l’importance prise par le logo de l’entreprise
  • Définir un rythme de publication et s’y tenir : trouver le dosage adéquat pour favoriser l’abonnement à vos pages…